Livre numérique Toi au moins, tu es mort avant

Télécharger

Tous supports Verrous : aucun
4,99 EUR

Incluant :
Version liseuse / tablette - ePub
Version Amazon Kindle - Mobipocket
Version imprimable - PDF
Version web

S'abonner

publie.net : l'abonnement complet, téléchargement tous formats
99,00 €

En savoir plus


Abonnement Auteurs Publie.net
49,00 €

En savoir plus


publie.net : l’abonnement étudiant, accès illimité pendant un an
49,00 €

En savoir plus


publie.net : abonnement de soutien, téléchargement tous formats
135,00 €

En savoir plus

Détails

Contributeurs : Chrònis Mìssios (Author), Michel Volkovitch (Translator)
Publication : 16/02/2008
Langue : Français
Pages : 190
Éditeur : publie.net
Collection : Publie.monde
ISBN : 9782814500303

Description

1947. A peine sortie de la guerre, la Grèce est tombée dans le chaos. La droite, installée au pouvoir par les Anglais, et les forces de gauche s’entre-tuent dans un pays dévasté. Chrònis Mìssios, 17 ans, résistant communiste, est arrêté puis condamné à mort. Gracié de justesse, torturé plusieurs fois, ballotté de prison en déportation, il va devenir, selon ses termes, un « prisonnier professionnel » : à sa libération définitive, en 1973, il aura passé en tout vingt et un ans de sa vie en détention.

Cette histoire du prisonnier Mìssios, c’est lui-même qui la raconte, pendant toute une nuit, dans un déferlement de mémoire où les époques se bousculent, à l’un de ses camarades qui, lui, par chance, est « mort avant » — avant d’avoir connu la prison, mais aussi le pire : le naufrage de l’idéal communiste. C’est la première fois que la guerre civile grecque est racontée ainsi. D’autres ont déjà décrit ses horreurs, mais Mìssios est le premier ex-communiste à oser montrer le Parti tout nu : ses martyrs admirables, d’un dévouement total, mais aussi ses dirigeants, rendus souvent aveugles et sourds par l’égoïsme et la bêtise, plus dangereux pour leur cause que l’ennemi lui-même. Si les Grecs se sont rués sur ce livre — il s’est vendu à plus de cent mille exemplaires, événement rarissime là-bas —, c’est d’abord qu’il a brisé un tabou, rouvert la vieille plaie infectée.

Toi au moins... date de 1985. Depuis, le communisme a pris d’autres coups, et on se dira peut-être, à quoi bon remuer encore le cadavre ? Mais ce serait prendre un tel livre pour ce qu’il n’est pas : une étude historique ou un pamphlet politique. Si les grands événements y sont évoqués, c’est de façon allusive ; malgré la foule de personnages qu’elle fait revivre, et le rôle important qu’y jouent l’amitié, la solidarité, cette histoire n’est pas essentiellement collective : c’est avant tout le récit d’une expérience intérieure. D’une descente en enfer. Cet enfer ; les matons sadiques et les petits chefs du Parti n’en sont que les deux premiers cercles, éternels comme l’oppression, terribles sans doute, mais moins que le troisième, qui passe à l’intérieur du prisonnier : c’est surtout contre lui-même qu’il se bat, contre la folie qui l’assiège, cette folie qui rôde ici partout, chez les victimes et les bourreaux, comme une obsession. On pourrait trouver ; dans d’autres temps, d’autres lieux, des enfers plus affreux encore que celui-ci ; mais ce qui fascine dans Toi au moins..., c’est justement que son héros, toujours près de sombrer ; ne sombre pas, qu’il demeure dans cette zone crépusculaire entre espoir et désespoir ; raison et démence, entre l’humain et l’inhumain ; c’est l’histoire d’un homme qui lutte pour rester un homme, à l’extrême limite de ce qu’il peut subir sans être détruit.

Tu hésites peut-être, lecteur, à plonger dans la nuit de ces prisons, toi pour qui la Grèce est d’abord une belle image pleine de soleil. Rassure-toi. L’amertume du début du livre - et de la fin - n’est pas son dernier mot. Après la mort du rêve, l’ancien rêveur est encore là, fragile, meurtri, mais porté par cet amour forcené de la vie, cet humour chevillé au corps, qui l’ont maintenu vivant. Toi au moins... en arrive ainsi, malgré son sujet, à être souvent drôle et même réconfortant. On n’y trouve qu’une seule évasion, qui échoue de façon lamentable, et pourtant c’est avant tout l’histoire d’un homme qui se libère : de ses illusions, de sa peur, de sa haine.

Les pages les plus émouvantes, justement, sont peut-être celles où les pantins cruels deviennent fugitivement humains ; où les humbles combattants des deux bords se découvrent un instant bien proches, pauvres jouets dans les mains indifférentes de leurs chefs ; où le héros distingue des salauds dans son camp et des braves types en face. Car ce qui le libère mieux que tout, c’est de comprendre peu à peu que le fanatisme, la haine sont sans doute la pire des prisons.

Libre, Mìssios l’est aussi - logiquement - jusque dans l’écriture, le vocabulaire, la syntaxe, l’agencement du livre entier. Tu vas rencontrer quelques phrases tordues, des passages obscurs, des dialogues où tu ne sais pas toujours qui dit quoi... Sache que le lecteur grec n’est pas mieux loti. En traduisant, je n’ai pas voulu adoucir, affaiblir. Je voudrais que tu reçoives ce livre en pleine figure comme je l’ai reçu. Laisse-toi emporter par ce torrent d’histoires et de mots. Avant tout, écoute. Comme beaucoup d’auteurs grecs, Mìssios est un superbe conteur. Comme Taktsis, Kavvadìas, Hadzis ou Cheimonas (tous traduits chez nous désormais), il a su rester proche des racines populaires de la langue, et faire passer dans l’écriture toute la force de la parole.

La prose grecque moderne est née avec les Mémoires de Makriyànnis, ce général de la guerre d’indépendance qui à trente ans ne savait pas écrire. Un siècle et demi plus tard, avec Mìssios, qui apprit à lire en prison à seize ans, c’est un peu la même voix qui retentit, venue des profondeurs du peuple, clamant ce que les puissants, les doctes et les malins ne veulent ou ne peuvent pas dire. C’est la même sainte fureur, la même passion, qui éclaire ces pages où tu t’apprêtes à entrer - lueur ténue, mais tenace, à l’image de ce pays toujours blessé, qui jamais ne meurt.

MV


 
Informations sur l'ouvrage

DÉCOUVREZ LA SAGA DE MÔ