Livre numérique La poussière

Télécharger

Tous supports Verrous : aucun
3,49 EUR

Incluant :
Version liseuse / tablette - ePub
Version Amazon Kindle - Mobipocket
Version imprimable - PDF
Version imprimable - PDF
Version web

S'abonner

publie.net : l'abonnement complet, téléchargement tous formats
69,00 €

En savoir plus


publie.net : abonnement de soutien, téléchargement tous formats
150,00 €

En savoir plus


publie.net : tarif réduit (étudiants, demandeurs d'emploi)
49,00 €

En savoir plus

Détails

Contributeurs : Josiane Suel (Auteur), Lucien Suel (Auteur)
Publication : 15/11/2008
Langue : Français
Pages : 80
Éditeur : publie.net
Collection : l'esquif
ISBN : 9782814500365

Description

Nous avons sollicité Lucien Suel dès le lancement de l’expérience publie.net, pour son positionnement d’auteur : sa présence de terrain, dans son territoire du Nord, ses performances de poète, le risque pris avec des musiciens.

Mais aussi parce que ça l’a mené à une posture inédite pour l’oeuvre : une suite de textes brefs chacun provoquant une réalisation artisanale, parfois manuscrite, diffusée directement par l’auteur via sa Station Underground d’Émerveillement littéraire.

Il était bien sûr logique que Lucien Suel ait été un des premiers à investir l’espace blog en tant que création littéraire, risquée, démultipliée, voir Silo, ou exemple dans tiers livre invite.

Il existe un autre Lucien Suel : l’espace Internet A noir E blanc n’est pas d’abord le sien, mais celui d’une photographe, Josiane Suel. Une recherche texte et image ancrée dans le territoire rural de l’Artois, les objets quotidiens, le travail de mémoire, dans la permanente friction du monde contemporain. Et c’est bien le texte qui, en venant s’assembler près de la photographie, quitte du même coup l’instance de représentation pour devenir fiction, parfois fantastique vaguement menaçant, ou rêveur, ou politique.

C’est eux-mêmes, Lucien et Josiane, qui ont défini la première limite de cet ensemble. Ensemble circulaire : le dernier mot de chaque poème donne son titre et son premier mot au suivant. Ainsi, le développement des textes trouve sa propre logique en dehors du mouvement narratif des images.

Ils ont continué depuis lors, et nous sommes nombreux (moi c’est le dimanche matin), à venir rêver devant ce compagnonnage en libre dérive,mais où toujours c’est une sorte d’épiphanie qui commande – ce qu’on rencontre, c’est bien notre propre monde.

Côté publie.net, en quelques mois nous avons beaucoup appris. Il était temps de reprendre cet ensemble, et lui donner une mise en page qui permette vraiment de lui faire honneur.

Et puis Lucien Suel vient de publier une fiction, Mort d’un jardinier, texte qui participe de ce que Barthes nommait On écrit toujours avec de soi, puisque, sans être nullement autobiographique, les vecteurs d’intensité qu’on trouve dans Poussière, et notamment le rapport au territoire, à la terre en travail, aux éléments naturels et leur croisement avec nos destins minuscules, acception Michon du mot, s’y retrouvent...

FB


 
Informations sur l'ouvrage