Livre numérique Du toucher, essai sur Guyotat

Télécharger

Version imprimable (PDF) Verrous : aucun
4,99 EUR

Incluant :
Version imprimable - PDF
Version web

S'abonner

publie.net : l'abonnement complet, téléchargement tous formats
99,00 €

En savoir plus


publie.net : l’abonnement étudiant, accès illimité pendant un an
49,00 €

En savoir plus

Détails

Contributeur : Antoine Boute (Auteur)
Publication : 07/01/2009
Langue : Français
Pages : 165
Éditeur : publie.net
Collection : Critique & Essai
ISBN : 978-2-8145-0069-3

Description

Le point de départ d’un texte philosophique sur l’écriture de Guyotat pourrait être la question de l’illisibilité de cette œuvre, avec tout ce que cela implique comme attention à porter notamment sur le « dehors » du texte. L’illisibilité des textes de Guyotat fait se porter l’attention en creux sur tout le dispositif d’écriture-lecture qui borde cette écriture : en effet, étant donné que les « trames narratives » sont sapées, tout autant que la « psychologie des personnages » et que la plupart des autres caractéristiques qui font d’un roman un texte analysable, il n’y a pas d’autre choix que de s’interroger sur la façon dont ces textes en sont venus à exister. S’interroger sur l’existence de ces textes revient en quelque sorte à s’interroger sur leur matérialité, leur « vie », leur corps, leur manière de « faire corps » avec le corps de leur auteur au moment de l’écriture puis la façon dont s’opère la rupture d’avec ce corps lors de l’édition, pour enfin en arriver à une attention portée à l’acte de leur lecture, à la passivité réceptive que celui-ci implique tout autant qu’un engagement « corporel » du lecteur dans cette matière verbale rendue illisible notamment par l’excès d’affects qui la travaille. L’hypothèse de travail de l’approche philosophique de l’illisibilité à l’œuvre dans l’écriture de Guyotat qui sera tentée ici est que cette illisibilité entretiendrait des liens étroits avec diverses problématiques que l’on pourrait regrouper sous la question du toucher. En effet si un texte est délibérément fait pour que son « contenu » ne soit pas maîtrisable, si ce qu’il inscrit ne fait pas sens, ne fournit pas de signification clairement identifiable, clairement « visible », en somme, pourrait se poser la question de savoir à quoi ce texte « touche ».

Prendre la question du toucher comme fil conducteur de cette approche de l’écriture de Pierre Guyotat devrait permettre de penser la langue du point de vue de ce qui en trace les limites : il s’agira de voir en quoi l’écriture de Guyotat « touche » aux limites de la langue, et en quoi ce « toucher » est un acte, une action. Approcher l’écriture de Guyotat en tant qu’action (action de toucher), en tant que performativité (performativité de l’illisible, donc), devrait alors permettre de dégager des enjeux éthiques qui seraient communs tant à cette pratique de l’écriture qu’à ce que l’on appelle le toucher.

Dans un premier temps il s’agira donc, après avoir introduit à l’œuvre de Pierre Guyotat, de s’intéresser à diverses problématiques liées à la question du toucher, puisque c’est cette question du toucher qui servira de fil conducteur tout au long de l’approche de cette oeuvre. Pour ce faire, une lecture des parties du Péri Psychès d’Aristote traitant de la question du toucher servira de point de départ pour s’intéresser à certaines problématiques ouvertes par Jean-Luc Nancy et par Jacques Derrida, toujours à propos de cette problématique du toucher.

Dégager ces problématiques générales concernant le toucher permettra alors de s’interroger plus spécifiquement sur certains aspects de la pratique d’écriture de Pierre Guyotat, tels que son rapport à l’abjection et son rapport à soi. Il s’agira alors de relier ces deux problématiques par le biais d’une approche du rire souverain tel qu’il est thématisé par Bataille, puis de voir comment il est possible d’articuler ce rire avec une approche de la caresse telle que proposée par Levinas dans Totalité et Infini. Cette approche du rire souverain et de la caresse devraient permettre à la fois d’approfondir les enjeux du toucher à l’œuvre dans l’écriture de Pierre Guyotat, et d’ouvrir la problématique vers ses enjeux plus spécifiquement éthiques.

Antoine Boute

Antoine Boute vit à Bruxelles, est bilingue et propose ses lectures performances dans les deux langues française et flamande. Il a publié : aux éditions Mix (Paris) : « Cavales » (2005), « Blanche » (2004) et « Terrasses » (2004) ; aux éditions de l’Ane qui butine (Lille-Mouscron) : « retirer la sonde » (2007) ; aux éditions du Quartanier (Montréal) : une co-écriture avec Ariane Bart : « technique de pointe – tirez à vue » (2007).

publie.net propose simultanément, en formes brèves, ses polars d’hiver.

Sur Pierre Guyotat, études, liens, bibliographie, on se reportera au dossier de référence proposé par Dominique Dussidour sur remue.net.


 
Informations sur l'ouvrage

Autour du livre

Brrr External link Français

06 avril 2012 00:00:00

Un vrai roman policier. En fait, non. Plein de romans policiers – des rêves ou des cauchemars pire que des romans policiers. Tous les codes, hémoglobine, marques de chaussures, coprophagie même, ça décape. Et parmi les personnages de passage, ...