Livre numérique 666, quatre études sur le rock’n roll

Télécharger

Tous supports Verrous : aucun
2,99 EUR

Incluant :
Version liseuse / tablette - ePub
Version Amazon Kindle - Mobipocket
Version imprimable - PDF
Version imprimable - PDF
Version web

S'abonner

publie.net : l'abonnement complet, téléchargement tous formats
69,00 €

En savoir plus


publie.net : abonnement de soutien, téléchargement tous formats
150,00 €

En savoir plus


publie.net : tarif réduit (étudiants, demandeurs d'emploi)
49,00 €

En savoir plus

Détails

Contributeur : Claude Chastagner (Auteur)
Publication : 02/04/2008
Langue : Français
Pages : 70
Éditeur : publie.net
Collection : Publie.rock
ISBN : 9782814501126

Description

666, quatre études sur le rock’n roll

Claude Chastagner est le premier à avoir développé dans un département universitaire (le département d’anglais de Montpellier 3), dès 1994-1995, un fonds de ressource et une approche spécifique du rock’n roll (voir notamment La loi du rock, éditions Climats, 1998). De l’autre côté de l’Atlantique, et on l’a sur par Greil Marcus ou bien d’autres, longtemps qu’on sait que cette explosion des rituels, ce qu’ils sous-tendent pour les moeurs, l’idée de la musique, le comportement des foules, ou tout simplement l’instance symbolique des mutations sourdes ou violents d’une société, est une tâche urgente et nécessaire.

Et certainement, même, nous ne sommes qu’à la frontière de cette compréhension où cheminer du fait culturel lui-même, dans son ampleur, et en quoi il recouvre, à échelle mondialisée, des enjeux profonds concernant les équilibres civilisationnels.

Récemment, à Nîmes, de part et d’autre de l’écran d’un ciné-club, Claude Chastagner et moi-même présentions One + One de Godard. Mon approche était plus biographique, j’essayais de comprendre ce qui avait pu se passer entre Godard et les musiciens. Claude Chastagner replaçait le film dans son contexte, les luttes et discours de l’époque, les affrontements théoriques : mais rien de ce positionnement n’aurait été possible sans la pleine estime ou passion musicale (la veille, dans un atelier de traduction Dylan avec quelques-uns de ses étudiants, je l’avais vu empoigner lui-même la guitare...).

Ce sont ici quatre mouvements : d’un vieux morceau, 666, d’Aphrodite Childs, dégager justement ces pistes, miroirs, enjeux, discours. Et réflexion ensuite, qu’on propose à feuiller ci-dessous, sur autre point crucial : il y aurait un art noble, et un qui ne le serait pas ? Lien scandaleux entre la Watermusic de Haendel et le easy-listening qui nous encombre ?

La troisième étude s’intitule sobrement Pourquoi la guitare ?. Elle accompagnait l’exposition Guitare et émancipation à la cité de la Musique, il y a 2 ans.

Enfin, ce qui nous soude tous dans le même étonnement : le lien entre l’esthétique et la rage, le rock’n roll et la colère. Personnellement, je ne me suis jamais encore frotté au continent Zappa : c’est par la figure considérable de celui qui est peut-être le plus hénaurme (mot flaubertien) musicien que les dernières décennies aient porté que Claude Chastagner interroge « la fonction de résistance qu’à partir des années soixante-dix la critique a attribuée aux pratiques culturelles, musicales en particulier, de la jeunesse occidentale ». Resistance through music : le cas Zappa...

FB


 
Informations sur l'ouvrage