Livre numérique SMS de la cloison

Télécharger

Tous supports Verrous : aucun
3,49 EUR

Incluant :
Version liseuse / tablette - ePub
Version Amazon Kindle - Mobipocket
Version imprimable - PDF
Version imprimable - PDF
Version web

S'abonner

publie.net : l'abonnement complet, téléchargement tous formats
69,00 €

En savoir plus


publie.net : abonnement de soutien, téléchargement tous formats
150,00 €

En savoir plus


publie.net : tarif réduit (étudiants, demandeurs d'emploi)
49,00 €

En savoir plus

Détails

Contributeur : Philippe Rahmy (Auteur)
Publication : 21/07/2008
Langue : Français
Pages : 39
Éditeur : publie.net
Collection : l'esquif
ISBN : 9782814501478

Description

Rien de mieux encore, pour introduire à Philippe Rahmy, que ces mots de Jacques Dupin en préface à Mouvement par la fin :

mouvement à rebours de l’écriture qui commence à l’instant de la mort pour remonter le cours de l’éclat et de l’éclatement d’un corps harcelé par les attaques d’un mal inflexible. Mouvement par la fin, une fin de non-recevoir qui, s’écrivant, se donne et se projette, appréhendant l’issue que le mouvement appelle en la révoquant – et dont il procède par le par qui l’enjambe et qui la dénie [...] Journal anachronique, échardes arrachées au corps souffrant, étincelles dispersées dans l’air.

En deux livres, Mouvement par la fin et Demeure le corps, Philippe Rahmy s’est installé à la place qui lui revient. A cet endroit du corps où l’écriture devient son propre sujet. Où le corps sollicité pour le dire n’est l’instrument que de la littérature.

Il y a seulement que cette place du corps induit pour lui, l’auteur, place extrême. Ce que nous apprenons de ses textes ne nous enseigne pas sur lui, mais sur nous : notre rapport vie-corps, sans autre détermination.

Ce mouvement centrifuge, depuis centre corps, a conduit Philippe Rahmy, ces deux ans, sur un autre chemin d’ambition : les outils que sont la vidéo ou la photo prennent aplomb derrière l’écriture pour la pousser à son front de travail, dans l’abîme neuf – le même chemin d’abîme, mais pris avec plus d’aplomb.

Pour nous, ses amis, la temporalité propre de Philippe est un chemin aussi mystérieux que ce qu’il explore : notre route est plus linéaire. La sienne lui impose de longues phases de retrait. Elles sont souvent mises à distance de la possibilité même de l’écriture. On devine, aux deux livres publiés, ce que peut être alors ce tunnel de silence, cette route de la seule douleur, incapacitante, exclusivement requérante.

C’est d’un de ces tunnels, l’an passé, que nous sont venus ces SMS de la cloison. Du terme cloison, on vous laisse analyser ou développer.

Ce qui est ici impératif, c’est justement que la posture radicale de l’auteur, le écrire est intransitif de Maurice Blanchot, n’a plus à être démontré. Il l’est de fait, par les livres existants. Ce qui se dit, alors, peut requérir de très haut la seule liberté laissée : plus de carnets, plus d’ordinateur, et le temps sans limite de la douleur, la paralysie – il reste ce téléphone et l’écran où on grignote lettre à lettre. Et la littérature s’en satisfait, reste intégralement littérature.

Les SMS de la cloison présentés ici sont en ligne, librement et intégralement, sur remue.net, dont Philippe est depuis la fondation une des principales chevilles ouvrières, et un des lieux d’accueils principaux de sa présence numérique.

Il a accepté avec quelque réticence leur présence sur publie.net : c’est qu’à nous cette démarche semble radicalement importante. Savoir en quoi, à rebours, cette écriture questionne notre rapport à l’écran, à notre permanent échange numérique, puisque justement c’est via le numérique et l’écran que, lui dans le tunnel, on gardait contact avec Philippe Rahmy ?

La tentative typographique et éditoriale se sépare alors de la version en ligne sur remue.net, et la complète, où s’y associe. Elle est due à Fred Griot.

A lire aussi, de Philippe Rahmy, sur publie.net : Architecture Nuit.

FB


 
Informations sur l'ouvrage