Livre numérique Saphir Antalgos, travaux de terrassement du rêve

Télécharger

Tous supports Verrous : aucun
4,99 EUR

Incluant :
Version liseuse / tablette - ePub
Version Amazon Kindle - Mobipocket
Version imprimable - PDF
Version imprimable - PDF
Fichier audio - MP3
Version web

S'abonner

publie.net : l'abonnement complet, téléchargement tous formats
69,00 €

En savoir plus


publie.net : abonnement de soutien, téléchargement tous formats
150,00 €

En savoir plus


publie.net : tarif réduit (étudiants, demandeurs d'emploi)
49,00 €

En savoir plus

Détails

Contributeur : Cécile Portier (Auteur)
Publication : 10/05/2011
Langue : Français
Pages : 152
Éditeur : publie.net
Collection : Temps Réel
ISBN : 9782814502970

Description

Le rêve et la vie quotidienne. Le rêve qui se glisse à cause de la ville, à cause des enfants, à cause des métiers, des noms, des visgaes croisés dans le jour.

Et si le rêve alors nous aidait à mieux les comprendre, les proches ou les inconnus de la ville ? A mieux se connaître soi-même, par les peurs et les désirs, les glifles et les chutes, ou ces conversations avec mots étranges ?

C'est à cette exploration que nous convie Cécile Portier – une traversée de soi-même, faite chantier d'écriture, et c'est le fantastique qui surgit. Pas besoin d'horreur ni de surnaturel : et si c'était plutôt ce dérèglement du monde le plus familier, qui était susceptible de nous perturber le plus, et nous emporter dans le conte ?

Terrassement c’est un mot à double usage : la première phase d’un chantier, la préparation du sol pour les fondations, et puis aussi l’affrontement du monstre, sa mise à terre.

Ce texte ne travaille pas sur le rêve – et on sait bien comme rien n'est monotone comme un rêve écrit. C'est un avec, ou dans le rêve.Le texte qu’on propose ici est plutôt un chemin dans la ville qui nous cerne, où l’énigme s’accroît à mesure que le récit s’ordonne, avance. Il joue de ses strates d’écriture : les récits de rêve intégrés à même le discours de la narratrice qui commente, se construit dans le danger qu’elle nomme. Et c’est incisé de textes bruts : cartes de visites punaisées à même le texte, pour entrer avec toute la ville dans cette dénomination Saphir Antalgos : reprenez, en même temps que vous lirez ce texte, le Paysan de Paris d’Aragon, et les signes et inscriptions relevées dans le passage sous verrière...

Cela fait écho au surréalisme, celui de Nadja et du Paysan? Et pourquoi pas, justement, si c'est notre présent qu'on y rejoue...

FB

Sur Saphir Antalgos, la lecture de Sereine Berlottier dans remue.net – et suivre Cécile Portier sur son site Petite Racine.


 
Informations sur l'ouvrage