Livre numérique Argus du cannibalisme

Télécharger

Tous supports Verrous : aucun
4,99 EUR

Incluant :
Version liseuse / tablette - ePub
Version iPhone / iPad - ePub
Version Amazon Kindle - Mobipocket
Version imprimable - PDF
Fichier audio - MP3
Fichier audio - MP3
Fichier audio - MP3
Fichier audio - MP3
Fichier audio - MP3
Fichier audio - MP3
Fichier audio - MP3
Fichier audio - MP3
Fichier audio - MP3
Fichier audio - MP3
Fichier audio - MP3
Fichier audio - MP3
Fichier audio - MP3
Version web

S'abonner

publie.net : l'abonnement complet, téléchargement tous formats
69,00 €

En savoir plus


publie.net : abonnement de soutien, téléchargement tous formats
150,00 €

En savoir plus


publie.net : tarif réduit (étudiants, demandeurs d'emploi)
49,00 €

En savoir plus

Détails

Contributeur : David Christoffel (Auteur)
Publication : 20/05/2011
Langue : Français
Pages : 101
Éditeur : publie.net
Collection : L'Inadvertance, poésie
ISBN : 9782814503960

Description

[Note : deux versions du livre sont publiées. L'une, interopérable (c'est-à-dire, lisible sur tous supports), nécessite que vous téléchargiez les morceaux audio disponibles, et l'autre, non-interopérable (lisible sur les supports de lecture pouvant supporter l'audio), contenant les morceaux audio.]

Dans la démarche de David Christoffel, l'écriture et la voix sont indissociables : l'écriture garde d'ailleurs les signes de la partition. Elle ne s'éloigne pas du contemporain, de ce qui nous entoure au plus près. Dans les bandes-son de chaque chapitre viennent des ambiances de cour d'école, des bruits de rue. C'est la partition, les ruptures de l'intonation, les ellipse de la syntaxe qui vont happer les différents registres de la parole, celle que nous employons tous les jours, celle que nous hissons devant nous au moment d'écrire. Les nappes alors se superposent, s'entrechoquent, la rhétorique se disloque et c'est cette relation de toujours des mots aux choses, de l'écriture au monde, qui surgit devant nous, avec cette attention digne des lettristes, souvent une vraie joie déclamatooire, et la convocation de tous les anciens rites de déclamation – voir l'Éloge d'Hyppolite Rougon ou les Poèmes pour mégaphone. C'est l'expérience proposée ici, où le format epub de l'édition numérique propose pour chaque chapitre une véritable création audio de l'auteur.

FB

Notes versifiées sur "Argus du cannibalisme", par François Rannou

Ce livre est à entendre. Texte-partition-voix.

Ça s’adresse au lecteur.

Pour une remise en jeu des lectures et idéologies.

Audioguides

Au départ c’est un discours qui

s’adresse à nous comme un

avertissement

Mais on ne sait pas vraiment de

quoi on va nous parler quel est

le sujet

En même temps c’est un audioguide donc : là

pour nous guider, nous apprendre,

nous montre quelque chose, nous explique quelque chose mais

sans qu’on sache quoi

Et puis il y est question d’absence (absent à soi-même pendant la lecture

c’est-à-dire présent)

par exemple on parle de peinture de jaune d’œuf de

commanditaire donc on

pense à

Histoire de l’art histoire de la peinture visite

de musée : audioguide

le vers qui

coupe nous fait voir des

images absentes

quel statut les images, quel statut nos paroles ?

Ainsi : phrases raisonnement justifications explications

artistiques qui ne

finissent pas qui sont

tronquées

comme des annotations multiples dans le désordre

comme des voix de guides qui se multiplient et se

coupent désordre

apparent : le langage qui tourne à vide

Effectivement DC parle du coin, des coins, parle en coin, tape

en corner et children’s corner

car opposé au milieu et au discours du

milieu : se situer en marge

Poèmes pour mégaphones

Surprenant : poésie :

voix intimiste

et

en même temps :

poète avec son mégaphone : en lien avec le réel social on pense

à Sartre sur son tonneau (Diogène dedans)

avec le mégaphone

Parler fort

« Le droit de se faire entendre »

(1 temps par majuscule et d’autant

plus mal articulé que très bien rythmé)

voix = majuscule=temps=

temps fort=rythme !

travail par association d’idées

et

écoute

de voix bribes frag ments

sorte d’art poétique pas sérieux et en

contrepoint en

ombre portée provocateur

absurde : « que ça n’ait aucun rapport »

François Rannou


 
Informations sur l'ouvrage