Livre numérique La mémoire des visages

Télécharger

Tous supports Verrous : aucun
4,99 EUR

Incluant :
Version liseuse / tablette - ePub
Version Amazon Kindle - Mobipocket
Version web

S'abonner

publie.net : l'abonnement complet, téléchargement tous formats
69,00 €

En savoir plus


publie.net : abonnement de soutien, téléchargement tous formats
150,00 €

En savoir plus


publie.net : tarif réduit (étudiants, demandeurs d'emploi)
49,00 €

En savoir plus

Détails

Contributeur : Jacques Ancet (Auteur)
Publication : 22/10/2013
Langue : Français
Éditeur : publie.net
Collection : l'esquif
ISBN : 9782814507593

Description

Pour la première fois, le cycle complet écrit par Jacques Ancet, « Obéissance au vent », auparavant publié en papier chez Flammarion, Ubacs et Mont Analogue, est désormais disponible en numérique.

Comme un voyage, « au jour le jour du mystère d'exister ». Et nous conviés ici à accompagner ces voix, leurs pas dans les jours, qui résonnent ou se tiennent, silencieux, au plus près des bruits du monde – qui sont là, et leur musique de toujours. De se tenir dans les ombres ou les heures, les voix deviennent des visages, nos visages multiples et uns, à l'écoute de ce qui surgit des jours. En soi, une « dictée », un « éboulement obscur » se laissent entendre. Presque saisir. Et proches.

Autour, le bruit du monde ne cesse pas, tout au contraire : « clapotis d'eau », « ce bleu, cette transparence », des passages – autant d'instants comme sauvés : un enfant, un matin, la fin d'une après-midi d'été. Un insecte passe, de l'autre côté de la vitre un feuillage tremble. L'encre finit de sécher sur la page où la main la dépose, et tout à côté, le halo d'une lampe.

Voix multipliées, elles aussi incessantes, dans le lent travail de leurs gestes : écrire, peindre, vivre. Aimer. Serait-ce aussi le craquement d'un radiateur, loin, dans le lieu clos, où l'on se tient à l'ouvert d'écrire.

« Une sorte d'album du temps qui passe », et sonore, où il arrive que même la langue fourche de se chercher, au plus près de ce qui est à dire, et le dire ainsi pour accueillir, il le faut, tout « ce qui n'a pas de nom », quand « une voix nous traverse ». Quand « je t'entends marcher, au matin, un oiseau chante, la page commence, on pourrait croire à la vie ».

Toutes voix comme autant « de solitudes qui tissent entre [elles] des fils invisibles. » Et d'elles toutes, une présence invoquée, inlassablement.
— Jean-Yves Fick

Ce roman n'en est pas un. Tout juste un témoignage au jour le jour du mystère d'exister ; une sorte d'albuim du temps qui passe où, peu à peu, sont venus se fixer des portraits d'hommes de femmes, sans autre lien qu'une solitude qui tisse entre eux des fils invisibles. Qui est l'autre ? Pourrons-nous jamais parvenir à sentir sa chaleur, entendre par ses oreilles, voir par ses yeux ? Et qu'est-ce, finalement, qu'aimer, loin des passions ou des perversions trop littéraires ou théâtrales, dans les hauts et les bas du quotidien ? Roman d'amour alors ? Peut-être. Poème, plutôt, poème romanesque. Dans la dernière partie du livre, « Le jour que tu es », une voix parle. Tantôt masculine, tantôt féminine, tantôt neutre, elle s'interroge, dit l'instant d'un contact fugace, l'angoisse d'une rencontre manquée, les gestes, les paroles éphémères, un visage, un souvenir, des ombres, des lumières : long monologue amoureux où elle finit par devenir la voix d'une bouche unique et sans visage...

— Jacques Ancet

Le cycle complet :

1. L'incessant

2. La mémoire des visages

3. Le silence des chiens

4. La tendresse

Le site de Jacques Ancet

http://jacques.ancet.pagesperso-orange.fr

Sa page auteur

http://publie-net.com/staff/all/jacques-ancet/

Disponibles en papier : Le silence des chiens et La tendresse


 
Informations sur l'ouvrage