Livre numérique Une ville souterraine

Télécharger

Tous supports Verrous : aucun
4,99 EUR

Incluant :
Version liseuse / tablette - ePub
Version Amazon Kindle - Mobipocket
Version web

S'abonner

publie.net : l'abonnement complet, téléchargement tous formats
69,00 €

En savoir plus


publie.net : abonnement de soutien, téléchargement tous formats
150,00 €

En savoir plus


publie.net : tarif réduit (étudiants, demandeurs d'emploi)
49,00 €

En savoir plus

Détails

Contributeurs : Charles Carpentier (Auteur), Philippe Ethuin (Préfacier)
Publication : 15/01/2014
Langue : Français
Éditeur : publie.net
Collection : ArcheoSF
ISBN : 9782814507685

Description

Les cavités de notre planète sont fort peuplées même si le commun des Terriens l’ignore. Les hommes ont imaginé des terres creuses, des mondes cachés sous nos pieds, des civilisations ayant survécu dans les entrailles de la Terre.

Dans leur monumental essai Les Terres creuses, Guy Costes et Joseph Altairac recensent plus de 2200 textes pour constituer une « bibliographie géo-anthropologique commentée des mondes souterrains imaginaires et des récits spéléologiques conjecturaux ». Plusieurs thèmes peuvent en être dégagés : le récit préhistorique, l’utopie — qui trouve sous terre une nouvelle localisation —, la grotte merveilleuse, le monde intérieur, le tunnel fantastique et/ou extrapolé, la race souterraine, le monde perdu, etc.

Si l’on en croit les romanciers, sous la Terre ont survécu diverses civilisations que l’on croyait disparues : André Armandy présente une civilisation maya dégénérée dans Le Démon bleu (Miss Démon) et Jean Bonnéry une survivance inca (Les Prisonniers de la Montana) en 1925, Maurice Schneider et M.C Poinsot nous racontent la fin de la cité babylonienne cachée dans Sémiramis, reine de Babylone (1926), Albert Bonneau imagine des cavités peuplées de descendants des Égyptiens (La Cité sans soleil, 1927), etc.

Une Ville souterraine, histoire merveilleuse de Charles Carpentier relève de ce que les anglo-saxons nomment les « Lost Race Novel ». En Normandie, à proximité d’Avranches, le héros ne trouve rien de moins qu’une ville en tout point semblable à la Rome impériale survivant depuis l’antiquité.

Une Ville souterraine. Histoire merveilleuse

Pour le cas qui intéresse, c’est à dire la survivance d’une civilisation romaine, le roman de Charles Carpentier fait partie des premiers traitant du thème. Dans le domaine anglo-saxon, on peut citer The Foutain of Arethusa de Robert Eyres Landor (1848),Tarzan and the lost Empire d’Edgar Rice Burroughs (1929) ou The Enchanteress de Cecil H. Bullivant (1932).

En France, Charles Carpentier sera notamment suivi par Camille Audigier dans La Révolte des volcans (1935) qui place sa survivance romaine en Auvergne.

Une Ville souterraine nous entraîne sous le plateau du Châtellier dans l’arrondissement d’Avranches (Manche) sur les pas du narrateur (qui partage nombre de centres d’intérêt avec l’auteur). Le lieu est celui d’une bataille qui opposa le Gaulois Viridovix, chef des Unelles, et son armée à Sabinus pendant la conquête de la Gaule par les Romains. Des légendes locales mentionnent l’apparition d’une fée vêtue à l’antique et de soldats casqués et solidement armés comme les anciennes troupes romaines. Le narrateur décide de les surprendre... et c’est lui qui va être surpris de découvrir la merveilleuse ville souterraine, ses habitants, leurs habitudes et leur vie quotidienne mais aussi les intrigues politiques ou les risques à vouloir introduire de nouveaux concepts et techniques dans une société figée depuis près de deux mille ans.

Le projet de Charles Carpentier n’est pas seulement de distraire le lecteur avec une bonne intrigue. Dans sa préface, il indique : « On entre dans la ville souterraine avec effroi ; on s’y engage avec curiosité ; on la parcourt avec étonnement ; et on regrette de ne pas la connaître davantage, avant de la quitter. Il semble qu’on ne devrait jamais écrire un livre sans chercher à instruire en amusant ; mais il ne serait peut-être pas trop téméraire de mettre cette épigraphe sur la couverture de celui-ci : ICI ON S’AMUSE, ET ON S’INSTRUIT ! ».

Philippe Éthuin


 
Informations sur l'ouvrage